Des scanners corporels en cours de pilotage dans le métro de Los Angeles

Anonim

Les passagers qui montent dans des rames de métro à Los Angeles pourraient bientôt être mélangés à des scanners corporels de type aéroportuaire destinés à détecter les armes à feu et les explosifs.

Un programme pilote de deux jours lancé par l’Autorité métropolitaine des transports du comté de Los Angeles a débuté mercredi. Mais les responsables ont rapidement ressenti un hoquet lorsqu'un scanner en cours de démonstration mercredi matin à la gare Union a mal fonctionné avant que les passagers ne puissent passer à travers la machine.

Dave Sotero, un porte-parole de Metro, a déclaré que les machines utilisent des capteurs pour scanner une personne pendant qu’elle traversait, à la recherche d’armes à feu et de composés explosifs. Les passagers n'ont pas besoin de décharger leurs ordinateurs portables ou d'enlever leurs vestes ou leurs chaussures car les ondes radio les détectent pour détecter les anomalies.

"Il est spécifiquement conçu pour tester les menaces de pertes massives", a déclaré Sotero. "La technologie permet au système de se positionner sur le corps où il existe une menace potentielle et il apparaît sur un écran vidéo."

Metro mène le programme pilote pour évaluer la précision et la capacité des machines portables et déterminer si les scanners pourraient devenir des équipements permanents dans le système de transit de Los Angeles.

Chaque machine est conçue pour scanner environ 600 personnes par heure, a déclaré Sotero. Environ 150 000 passagers voyagent quotidiennement sur la ligne rouge de Metro, a-t-il ajouté.

"Ceci est conçu pour que vous n'ayez pas à attendre", a déclaré Sotero. "L'idée est que vous avez un flux continu de personnes à travers le système de sécurité sans causer un retard et obliger les gens à rater leurs trains."

Semblable aux points de contrôle des aéroports, lorsque quelqu'un passe à travers le scanner, ils sont maintenus pendant quelques secondes tandis que les agents des forces de l'ordre regardent un moniteur qui indique l'emplacement du corps sur toutes les anomalies. Plusieurs agents de sécurité ont veillé au poste de contrôle à la gare Union Union mercredi matin. Les grands panneaux indiquent aux passagers que le dépistage est volontaire.

Les scanners se vendent environ 60 000 $ chacun, a déclaré Chris McLaughlin, vice-président d’Evolv Technology, qui fabrique le système.

"Je pense que c'est une bonne idée avec tout ce qui se passe et avec ISIS", a déclaré le passager Jazmin Rosales, 29 ans. "Tant que cela ne prend pas trop de temps, au moins vous savez que vous pouvez vous sentir en sécurité."

menu
menu