Le rappeur Akon achète 50% du service de téléchargement de musique en Afrique

Anonim

Le rappeur sénégalo-américain Akon a annoncé samedi qu'il achèterait 50% du service de téléchargement de musique africaine Musik Bi, alors que la plateforme peine à prendre pied après son lancement il y a 18 mois.

La première plate-forme africaine de téléchargement légal de musique en Afrique, Musik Bi, a été lancée au Sénégal en février 2016 avec pour mission de promouvoir les artistes africains, de les payer correctement et de lutter contre le piratage sur Internet.

Akon, de son vrai nom Aliaune Badara Thiam, a annoncé à Dakar qu'il deviendrait l'actionnaire majoritaire du service, décrivant Musik Bi comme "la plate-forme du futur".

"Ce n'est pas simplement une plate-forme pour le Sénégal mais pour l'Afrique", a-t-il ajouté, refusant de se laisser entraîner sur ce qu'il avait payé pour la transaction.

Mieux connu pour ses singles "Locked Up" et "Smack That", Akon a consacré plus de son temps ces dernières années à son initiative d’éclairage solaire Lighting Africa et à d’autres activités caritatives.

Il a lancé son dernier single "Khalice", en collaboration avec la superstar sénégalaise Youssou Ndour, exclusivement sur Musik Bi.

Plus de 200 musiciens de renommée internationale, ainsi que de jeunes rappeurs, artistes de jazz et chanteurs chrétiens et musulmans, ont initialement accepté de mettre leur musique sur Musik Bi, où les utilisateurs peuvent la télécharger en utilisant leur crédit téléphonique.

Le PDG, Moustapha Diop, dont l'entreprise Solid a été le pionnier dans le projet, a déclaré que les différends avec les compagnies de téléphone concernant leur réduction des recettes avaient entravé la portée de Musik Bi.

"Nous avons l'ambition de nous développer en Afrique et d'être la" plateforme de distribution musicale en Afrique ", a déclaré M. Diop aux journalistes.

"Le profit réalisé par les opérateurs est problématique car il va à l'encontre des intérêts des artistes et de la plate-forme en général. Nous continuerons à pousser pour obtenir un accord raisonnable", a-t-il ajouté.

Après que les opérateurs de téléphonie mobile ont pris leur part, les artistes conservent 60% de leurs revenus du service, tandis que Musik Bi prend les 40% restants.

La plate-forme espère également s’étendre à un festival de musique, une chaîne de télévision et un service de streaming, a déclaré Akon.

Le piratage et l'évolution des habitudes de consommation ont entraîné une baisse des ventes à travers le continent, les téléchargements illégaux ayant incité les consommateurs africains à chercher de la musique en ligne, tandis que l'application des droits d'auteur reste relativement faible.

menu
menu